06 février 2016



J'essaie d'aller m'entrainer tous les jours de la semaine sauf le week-end car les salles de sports parisiennes sont alors blindées de monde; il y a beaucoup de bruit, on se bouscule dans les vestiaires (cela pourrait être sympa, mais la plupart u temps ça ne l'est pas ou plus), il faut partager les machines avec des gens qui ouvrent à peine la bouche, restent les écouteurs vrillés sur les oreilles; aucune communication, un seul partage de machine dans une froideur et une indifférence totale. Bien entendu, il y a des exceptions et on peut de temps en temps lier connaissance, mais c'est rare!
Donc, pour ma part, je m'y rend le matin tôt. On rencontre toujours les mêmes personnes ou presque, c'est plus amical et surtout on peut s'entrainer tranquillement et à son rythme. ce temps de sport m'est indispensable pour le mental et bien sûr aussi pour le corps. Je travaille chaque jour un groupe musculaire sans oublier une demi-heure de cardio.  J'aime sentir contre ma eau le tissu de mes vêtements trempés de sueur. Le t-shirt colle, le short aussi, surtout si j'ai revêtu un cuissard de compression skins. D'ailleurs je garde longtemps le même t-shirt, le même short et surtout le même jockstrap. Cela flatte bien entendu mon goût prononcé pour les odeurs fortes. J'aime bien, cela me tonifie et m'encourage, enfiler un t-shirt odorant encore humide de la séance de la veille. 
Et, ce qui est encore plus excitant:  en plein effort, quand la sueur se rajoute à la sueur, une alchimie intime crée alors des effluves musquées . Un acre mélange de sueur, d'urine et de secrétions intimes vient titiller sensuellement mes narines et m'encourage à courir encore plus vite, à forcer encore plus sur la machine sur laquelle je m’entraine. il est vrai que le bike que je revêt chaque matin n'a encore jamais passé à la machine à laver!




24 janvier 2016

good vibes

J'ai déjà du le dire ici je crois, j'avais à ma disposition un stimulateur de prostate. Le plus connu, le plus classique oserai-je dire : l'aneros progasm classic. Maintes fois j'ai suivi les instructions et je dois dire que jamais, à part quelques spasmes bien légers, je n'ai connu les fameux orgasmes prostatiques tels que vantés par la marque et de nombreux "utilisateurs.
Puis j'ai acquis là maintenant un nouveau jouet, plus sophistiqué, vibrant et aux formes plus intrusives. c'est un jouet de chez Fun Factory. Je l'ai acquis suite au visionnage de la vidéo ci-dessous.. Je vous laisse juges!....
 Malheureusement, j'attends encore le facteur pour savoir si cela fait réellement ces effets là!



video




21 janvier 2016

irresistible....


J'aime te voir marcher dans la rue, j'ai voir ton petit cul musclé bouger devant moi au rythme de tes pas dans ton jean moulant que tu aimes tant. Cela me rend fou quelques fois et... n'y pouvant résister ce coup là, j'ai profiter d'un coin tranquille pour m'y plonger. Plonger ma langue entre tes fesses humides, sentir tes effluves les plus secrètes exhaler à l'ai libre.
Tu me rend dingue!!




video

13 décembre 2015

etat d'urgence




voilà une blague idiote qui ne devrait pas faire rire nos vigiles fouilleurs de sacs!.....

video

08 décembre 2015

metro parisien backroom




Quand je suis tombé sur cette vidéo,  j'ai eu du mal à en croire mes yeux.  Sans aucun doute, elle a été tourné dans une rame du métro parisien.  Cela a l'air suffisamment vrai;  le bouger, la manière de regarder et d'agir des " protagonistes". Mais c'est tellement incroyable que l'on puisse faire cela dans une rame parisienne!  Quelque soit l'heure,  il y a du monde et pas forcément des passagers réceptifs. ... or ici il y a les deux protagonistes principaux et d'autres passagers qui filment la scène avec leur smartphone et qui semblent s'approcher, reluquer et se branler de concert. 
Si c'est du vécu,  j'aurais jamais imaginé cela possible. 


06 décembre 2015

fenetre sur cour


Je vis à Paris et comme beaucoup de parisiens, , fenêtres donnent sur des immeubles en face et sur les côtés et, bien sûr, on peut voir, apercevoir le soir tombé, pourvu que les rideaux ou les stores n'aient pas été tirés, ce qui se passe chez les voisins et par réciproque chez soi. Pour ma part, même s'il m'est déjà arrivé de me retrouver le matin devant ma fenêtre à enfiler mon boxer devant mon voisin à sa fenêtre.  J'ai toujours pris garde de ne pas m' exhiber dans des situations plus........ scabreuses devant mes fenêtres! 
Mais comme on pourra le voir ci dessous,  d'aucun sont moins attentifs ou précautionneux! 
    



04 décembre 2015

Carnaval. ...

De l'art de fêter carnaval et de défiler sans.... trop se faire remarquer? !
J'adore?

03 décembre 2015

lieux insolites

J
e en sais pas si cet endroit, ce "bouge", ce "bordel", existe vraiment ou si c'est simplement un fantasme de metteur en scène de porno gay. en tous cas c'est dément!... imaginer un endroit comme celui là où l'on assouvir ses délires c'est bandant au possible quelque soit le rôle que l'on veuille se donner. 

Se mettre dans le cagibis a glory holes et attendre que d'aucun vienne glisser sa queue et la pomper avec appétit puis attendre le prochain... ou se glisser dans ces petites cabines genre sling anonyme et attendre recevoir de multiples coups de butoir d'inconnus plus ou moins bien membrés, plus ou moins "EP3 (ejaculateurs précoces) ou encore rester dns ces cabines en hauteur, à hauteur de visage pour régaler tous les amateurs de feuilles de rose, se faire bouffer la rondelle pendant des heures....
Enfin, les autres aussi, ceux-qui viennent faire leurs courses et attendent patiemment qu'un cul se libère pour s'en donner à cœur joie!...
drôle d'endroit......



video

love yourself

Vraiment, il y a des mecs qui s'aiment suffisamment pour passer du temps à se mater dans un miroir, embrasser son image, se faire du charme et se "baiser tout seul" !... Tout cela en live sur la toile . étonnant, non?!



   
video

02 décembre 2015

night flight

L'avion survolait maintenant l'atlantique.  Du moins c'est ce qu'il supposait.  Demain matin il atterrirait à Roissy Charles de Gaulle. Épuisé comme d'habitude car jamais il ne trouvait le sommeil en avion. 
Les hôtesses avaient distribué les repas du soir,  les lumières s'étaient éteintes.  La cabine baignait dans la lumière bleutée des écrans individuels offrant aux rares passagers des longs métrages pour passer le temps avant endormissement. Certains sans doute sommeillaient déjà. 

Dans ce calme nocturne,  seul, il pensait à celui qu'il venait de quitter,  celui qu'il ne reverrait pas avant un long,  trop long moment.  Son coeur se serrait à cette perspective et il tentait de concentrer ses pensées sur les bons,  les fabuleux moments passés ensemble.  Les belles promenades dans New York sous la douceur de son été indien,  les soirées au blue note, 
.. et son corps,  son corps aimé et les délices de l'amour.  Sa queue à ces évocations durcissait sous son survêtement.  Trop de pression, trop de stress accumulé, il devait se calmer, calmer son corps tendu vers le corps inaccessible de l'aimé.

Il baissa son pantalon de survêtement,  libéra son membre gonflé de sang, dur à rompre.  C'était de la folie il le savait mais c'était devenu au dessus de ses forces,  il le fallait,  il devait jouir et s'apaiser enfin.
Nul ne bougeait dans cet avion,  nul bruit non plus si ce n'était le bourdonnement des écouteurs et .... le flop flop de sa sauvage  branlée. 
Il souleva son sweater, il était maintenant presque nu. Il aurait voulu en cet instant se faire surprendre par le beau Stewart qui avait servi les repas,  sentir sa bouche autour de son sexe tuméfié,  ses mains titillant ses tétons.

À cette évocation,  dans un gémissement étouffé il jouit brutalement,  de longs jets de sperme jaillirent souillant son torse découvert.
C'était bon,  il allait mieux.  Il se rhabilla laissant le foutre se mêler au coton de son sweater.  Il aimait cela, il se sentait mieux.  Il avait maintenant sommeil. ! Peut être allait-il enfin dormir en avion.

01 décembre 2015

après le sport....

Ah! Les après matchs de nos adolescences! On se marrait bien et ce dès les vestiaires sans parler du 5ème repas souvent prétexte à beuveries, blagues salaces et plus si affinités! ...  combien de ces soirées se sont terminées par des paris stupides et bien souvent en dessous de la ceinture.  Je sais qu'en Grande Bretagne cela reste encore ancré dans les mœurs d'après match de rugby;  les descentes d'équipes et de supporters dans les pubs sont fameuses.  Mais chez nous je ne sais pas. 

Même si ces  "noubas" étaient sous le signe de l'alcool et que les jeux et blagues pouvaient être qualifiées de "sexuelles", et bien souvent homosexuelles.  Jamais en tous cas dans ma propre expérience,  cela n'a porté préjudice à l'un ou à l'autre.  Et pour la plupart, les mecs étaient et sont restés hétérosexuels.
Les douches et les vestiaires étaient souvent prétexte à bagarres de serviettes,  blagues éternelles sur les longueurs de bites sans parler des attouchements  blagueurs mais explicites et ciblés. Et il arrivait fréquemment que l'un ou l'autre bande légèrement ou carrément,  cela provoquait les rires et les quolibets mais rien de plus. 
Sport oblige,  virilité préservée!


video

ah les russes et leurs paris stupides






Paris stupides mais qui m'amusent bien! Paris stupides mais dans le contexte russe actuel, surement très dangereux. Pour ma part, je ne m'y risquerai pas!!

video

30 novembre 2015

profonde caresse


Nous n'étions pas vraiment copains;  juste  collègues de sport et d'entraînement.  Nous nous croisions régulièrement,  deux fois par semaine,  au gymnase. Le plus souvent adversaires sur le terrain, nous n'avions échangé jusqu'à ce jour que les banalités d'après match et je dois l'avouer quelques regards furtifs dans les vestiaires.  J'aimais en effet le regarder discrètement sous la douche,  son corps longiligne, sa peau blanche presque translucide et glabre hormis une légère couronne brune au dessus d'un long sexe posé sur de belles couilles pendantes.
Ce jour là,  épuisés par l'entraînement,  trempés de sueur,  sales, nous eurent la déconvenue d'apprendre que la "chaudière était tombée en panne et que malheureusement les douches ne disposaient plus d'eau chaude.  Sauf à se résoudre à la douche froide,  pas d'autre alternative que de rentrer chez soi.  C'est le moment qu'il choisit pour m'aborder. il était déjà en train de mettre sa doudoune sans même se changer - "j'habite tout près.  Si tu veux,  accompagne moi et tu pourras te doucher et te changer chez moi.  J'ai aussi des bières au frais". Tout cela avec un beau sourire un rien entendu.
- OK, dis-je en renonçant à me changer et en mettant mon anorak sur mon tshirt encre trempé de sueur.
Effectivement il habitait vraiment à deux pâtés de maisons du centre sportif.
L'appartement était petit mais agréable.  Une ambiance de garçon sportif , presque à l'image de ce que sa chambre d'adolescent avait dû être dans la demeure familiale.
- met-toi à l'aise,  me dit il en me tendant une bière juste sortie du frigo. 
Et joignant la parole au geste,  il fit valser sa doudoune,  ses chaussures et son short dans un coin de la pièce, se décapsula une bière et vînt trinquer avec moi juste vêtu de son tshirt sale et de son jockstrap.  Le même sourire entendu éclairant de nouveau son visage.  - met-toi à l'aise, répéta-t-il.  
 Je souris,  sans doute un peu bêtement;  j'avais effectivement encore mon anorak sur le dos et je crevais de chaud.  Je l'imitai donc et mon anorak,  mes chaussures , mon sweater et mon short ôtés, c'est avec un sourire malicieux que je trinquai de nouveau avec lui. 

-Tu es encore trempé,  je vais te prêter un tshirt propre pour après la douche,  dit-il en parcourant de sa main mon dos et. ...oups!... mes fesses. 
-hmmm,.... ajouta-t-il.
Et voilà c'était aussi simple que cela,  en quelques secondes nous voilà scotchés   bouche contre bouche à nous caresser les fesses et à jouer avec les bretelles de nos jockstrap.
Nous allâmes dans la chambre.
Je découvrais au bout de mes doigts ses formes anguleuses,  sa peau encore poisseuse de sueur mais néanmoins douce. Nulle envie à se stade d'ôter nos tshirt sales et nos jockstrap.  L'odeur musquée qui s'en exhalait ajoutait au délire. 
J'humais le tissu moite et tendu de son bike et je me laissais enivrer par ces intimes effluves .  Pendant ce temps, ses mains s'appliquaient   à me donner du plaisir; l'une me malaxait fermement les fesses, l'autre en caressait le sillon tout  en flattant du bout des doigts ma rondelle.


Tout doucement sans avoir à en parler,  toute notre attention se concentra sur les mouvements de cette main,  de ces doigts qui allaient,  devaient se frayer un passage.  Je le voulais,  tout mon corps ne désirait plus que cela,  communier,  ne faire qu'un avec lui. 
Ses effluves intimes me faisant autant d'effet que des poppers, je lâchais prise et jouissais intensément de ses caresses de plus en plus intimes et pénétrantes. Et si pendant quelques instants je résistai à l'introduction des dernières phalanges,   ce fut dans une intense décharge électrique que je sus ce que c'était que le plaisir! J'étouffai un cri de douleur et de plaisir dans le coton moite de son jockstrap. Puis tout fut plus simple.  Il allait et venait doucement en moi caressant subtilement ma prostate, déclenchant des vagues de jouissance infinie.
C'était la première fois que j'atteignais de tels sommets de plaisir,  sans même bander,  ses caresses avaient trempé mon jockstrap de multiples et généreuses éjaculations. 
Après cela,  il se tint debout devant moi,  ôta son tshirt et son jock me regarda quelques instants le sexe bien dressé contre son ventre avant de me déshabiller également. 
Nous fîmes alors longuement l'amour et il jouit longuement empalé sur ma queue profondément ancrée en lui.



Après une longue et voluptueuse douche prise en commun,  je quittai son appartement fou de bonheur, léger comme une plume.  J'avais encore son odeur dans les narines,  je portais avec fierté les vêtements qu'il m'avait prêtés : un t shirt et un boxer propre.  J'avais bien sûr dans mon sac de quoi me changer après le sport mais je crois que nous tenions tous deux à cet échange intime.  Comme pour prolonger encore notre communion et notre nouvelle amitié.







      
video






22 novembre 2015

naked selfies

question de génération sans doute, mais je suis frappé par la propension qu'ont les adolescents d'aujourd'hui à se dénuder et faire des shows en mode selfie; seuls ou à plusieurs. bien sûr, cela a toujours existé mais de mon point de vue pas à cette échelle! Adolescent, il arrivait que l'on joue au strip poker ou, bien "bourrés", que l'on joue a des jeux du genre "touche pipi", mais cela ne prenait évidemment pas la dimension "mondiale" d’aujourd’hui grâce au net, à instagram et autres applications de l'instant, de l'envie immédiate, de la pulsion. 
Bon cela dit, cela me rassure un peu aussi car cela nous éloigne de la pudeur nauséabonde et sectaire de certains dans les vestiaires des salles de sports qui font quelques fois la morale pour avoir vu  un sexe ou un cul!

live naked,  guys!

video

  
video     


video


video

video



 
video

19 octobre 2015

love cam4 shows





encore une bonne ballade parmi les exhibs cam4. On trouve de tout! des gros, des maigres, des biens montés, des.... très bien montés. de beaux mecs et de très beaux mecs; des qui s'enfilent des trucs dingues. Mais d'une manière générale, on peut faire de belles rencontres... virtuelles bien sûr!








video 


video

Les casquettes

 

En cette brûlante journée d'été la plage de la Mar bella était, comme il fallait s'y attendre, bondée.  Je m'étais résigné à quitter les rues surchauffées  et vides de Barcelone pour venir me rafraîchir ici au bord de la mer et attendre que la chaleur tombe un peu.
Difficile de trouver un petit coin où poser ma serviette. Partout des parasols protégeant des myriades de mecs nus. Ma serviette à peine posée entre deux parasols géants abritant de joyeuses volaillères, 
je quittai enfin le peu de fringues que j'avais sur le corps pour courir vers les vagues.
A mon retour, couché sur le ventre contre  ma serviette,  je me rendis compte que je me trouvai à quelques centimètres des cuisses d'un bel inconnu avec vue imprenable sur son sexe! même s'il portait beau, j'avoue que cela me mis mal à l'aise; je ne savais pas où regarder et je finis par prendre un bouquin pour me plonger dedans. 
 Je suppose que l'heureux propriétaire de l'engin se rendit compte de ma surprise et sans doute aussi de l'étincelle d'intérêt et de gêne qui dut s'allumer dans mon regard découvrant notre. .. "proximité".
- français?  Ne reste pas ainsi en plein cagnard, seul, viens donc profiter de notre parasol et de notre compagnie!
- comment t'appelle-tu? Moi c'est Sébastien et lui c'est Roman!
- Geoffrey; merci! je commençais effectivement à me prendre pour Saint Laurent sur son grill!!
Nous fîmes connaissance et passâmes ainsi l'après midi à papoter joyeusement de tout et de rien. Ils étaient vraiment sympas! c'était marrant de les observer nus simplement couverts l'un et l'autre d'une casquette de baseball posée comme il se doit à l'envers. Ils étaient là depuis plusieurs jours déjà et leurs corps délicatement musclés pouvaient en témoigner offrant aux regards une délicieuse couleur miel.

-Si on rentrait proposa Roman? viens avec nous, nous avons loué un appartement avec terrasse et jacuzzi tout près d'ici. On pourra boire un coup et aller diner ensemble après! qu'en dis-tu? ne dis pas non, t'es adopté!

Nous nous rhabillâmes prestement et prîmes joyeusement la route vers leur appartement.
Ouah! quelle vue! c'était une sorte de loft dans un immeuble moderne et cossu tout près de la mer. La terrasse était superbe et disposait en effet d'un grand jacuzzi avec vue sur la ville et la mer; le grand luxe!
-Allez , champagne! Cria joyeusement Sébastien, 
Il sortit d'un grand frigo américain une bouteille, pris 3 coupes et se dirigea prestement vers la terrasse. 
- Le meilleur endroit pour le boire c'est le jacuzzi avec vue sur la mer,  qu'en dites-vous?! 
Roman dans un grand rire se précipita lui aussi vers la terrasse en hurlant "ouais, super!  Bonne idée! "
Il n'y avait plus qu'à se dévêtir et suivre le mouvement.  Je les rejoignis dans le bain bouillonnant , me retrouvai entre eux deux une flûte à la main. Nous  trinquâmes avec force rires et blagues salaces.  La lumière du soir se faisait plus tendre, plus chaude et donnait à nos corps bronzés une belle couleur d'été.  Sous l'eau bouillonnante,  nos cuisses se frôlaient par intermittence selon les mouvements de l'eau.  Les regards se faisaient à la fois fuyants et  plus langoureux; l'imminence de l'inéluctable sans doute.  
Se fut Roman qui commença.  Il posa sa main sur ma cuisse et lentement la remonta vers mon entrejambe.  Mon sexe durcissait rapidement comme s'il n'attendait que cela et c'est une belle érection qui Roman eut à prendre en main.  Nos regards se croisèrent puis nos bouches se joignirent pour un premier baiser.  
Sébastien se rapprocha.  Nos trois bouches s'entremêlaient, nos langues se liaient. 
Mes mains découvraient sous l'eau deux verges dressées;  l'une épaisse et courte,  l'autre longue et courbée couronnée de ce qui semblait être au toucher un gland proéminent.  
C'est drôle,  je remarquai subitement qu'ils n'avaient pas quitté leurs casquettes!
Je me dressai. Assis sur le rebord du bassin,  tandis que Seb me suçait, j'admirais la vue sur Barcelone qui s'étalait devant moi.  Ses mains agrippées à mes hanches,  sa bouche gobait ma verge tuméfiée tandis que Roman lui bouffait la rondelle.
Après cette délicieuse phase de découverte, Roman nous proposa de rejoindre la chambre. C'était marrant de voir ces corps nus excités comme nous étions, traverser l'appartement les queues dressées! 
A peine arrivés dans la chambre,  Roman me guida de telle manière que lui et Seb puissent s'occuper de moi. Et, tandis que l'un m'offrait sa verge à travailler,  l'autre de la langue se frayait un passage vers ma pastille.  
La queue de Seb s'enfonçait violemment dans ma gorge tandis qu'il me tenait la tête et m'encourageait en me traitant de noms d'oiseaux.  
En même temps Roman massait ma prostate de ses doigts experts tout en branlant ma queue.  J'avais envie de hurler mon plaisir et mes cris restaient accrochés aux parois de cette merveilleuse queue qui m'empalait la gorge. 
Ils me retournèrent.  Seb posa ses fesses bien écartées sur mon visage, Roman m écarta les cuisses,  posa un coussin sous mes hanches et commença à titiller de son gland disproportionné mon anus.  Sa verge me pénétra, je poussai alors un cri de plaisir qui alla se perdre dans les entrailles de Seb que j'explorais goulument de la langue.
Les coups de butoir enfonçaient cette longue verge courbée en moi,  j'en pleurais de bonheur, les fesses de Seb posées sur mon visage et ma queue battant sur mon ventre résistant tant bien que mal aux assauts de Seb.
Après ce qui me sembla une merveilleuse éternité,  ils se dégagèrent. Seb me susurra dans l'oreille que ma verge le rendait fou et qu'il voulait que je le baise.  Aussitôt dit il s' empala sur ma queue et entrepris dans un concert de gémissements rauques, de puissants vas et viens tout en se branlant.  Je pris la queue de Roman en bouche.  Elle avait ce goût si particulier de l'après coït, ce goût de moi. 
La sueur perlait sur nos corps gémissants, les caresses se faisaient plus rudes, plus brouillonnes. Les regards se perdaient dans des abîmes inconnus, le plaisir montait. 
Et c'est ainsi qu'agrippé de toutes mes forces à ses hanches,  dans un ultime spasme, par un cri déchirant,  je jouis en lui suivi de près par Seb inondant mon torse de sa semence. Nous rejoignîmes Roman et le laissâmes se branler  sur nos visages. 
Nous mêlâmes nos visages couverts de sperme au sien  dans un long baiser amoureux. 
La soirée pouvait commencer.  Une autre bouteille de champagne nous attendait ainsi que Barcelone maintenant dans les lumières multicolores de la nuit. 






video


04 septembre 2015

fin de saison

video  hmmm! premier séjour en Corse, en haute Corse. Des paysages fabuleux, des routes extravagantes, des villages perchés et sublimes, des plages protégées et si peu  fréquentées... que du bonheur!
   

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...